Voici la première carte qui montre la grande diversité des abeilles dans le monde

Voici la première carte qui montre la grande diversité des abeilles dans le monde

À l'occasion de la Journée mondiale des abeilles, Futura vous propose d'observer la répartition mondiale des plus de 20.000 espèces d'abeilles connues à ce jour grâce à une carte élaborée en 2020 par des chercheurs de l'Université nationale de Singapour. Devinez dans quel pays se trouve la plus grande diversité d'abeilles ?

Il existe plus de 20.000 espèces d'abeilles mais les données sur leur répartition dans le monde sont plutôt rares. En novembre 2020, des chercheurs ont alors publié la première carte qui illustre la grande diversité des espèces d’abeilles à l'échelle mondiale, dans la revue Current Biology. Il s'agit d'une première étape importante dans l'évaluation de la répartition et des déclins potentiels des populations d'abeilles. Pour créer cette carte, Ascher, Orr, Hughes et leurs collègues de l'Université nationale de Singapour ont analysé et compilé des données concernant la localisation des différentes espèces. Elles sont accessibles en ligne sur le portail Discover Life

Que raconte cette carte ? 

Les résultats de l'équipe confirment qu'il y a une plus grande diversité d'abeilles dans l'hémisphère Nord que dans celui du Sud ; elles préfèrent généralement les environnements arides et tempérés plutôt que tropicaux. « Les États-Unis ont de loin le plus grand nombre d'espèces d'abeilles, mais il y a aussi de vastes zones du continent africain et du Moyen-Orient qui ont des niveaux élevés de diversité non découverte, plus que dans les zones tropicales », précise John Ascher, l'auteur principal de l'étude et professeur adjoint de sciences biologiques à l'Université nationale de Singapour.

Par ailleurs, de nombreuses plantes et animaux suivent un modèle où la diversité augmente vers les tropiques et diminue vers les pôles. Il est connu sous le nom de gradient latitudinal. Mais les abeilles font exception à la règle. Ayant plus d'espèces concentrées loin des pôles et moins près de l'équateur, ces dernières suivent le modèle du gradient latitudinal bimodal. En effet, il y a beaucoup moins d'espèces d'abeilles dans les forêts et les jungles que dans les environnements désertiques arides, car les grands arbres ont tendance à fournir moins de nourriture aux abeilles que les plantes et les fleurs de basse altitude. 

Lire plus